Périple en Ukraine

Périple en en Ukraine

Kiev, capitale de l’Ukraine. Le 27 juillet quelle ne fut pas notre surprise de voir des dizaines de milliers (deux cent cinquante mille selon la presse) de pèlerins converger du centre ville vers le grand centre monastique « le Monastère des Grottes » : cet événement commémorait le 1030ème anniversaire du baptême de Vladimir (988), fondateur du premier Etat slave chrétien. Le lieu de pèlerinage s’est développé autour des premiers ermites qui avaient creusé leurs cellules dans la roche. Les Ukrainiens sont massivement très pratiquants ; il faut dire que cela leur a permis de conserver une identité forte, face aux puissances voisines, Polonaises et Russes, qui les ont tour à tour dominés. Beaucoup d’églises détruites sur ordre de Staline, ont été reconstruites et sont magnifiques. Les églises sont aujourd’hui divisées entre un rattachement au patriarcat de Moscou ou au patriarcat de Kiev qui a de plus en plus d’influence. Un peu partout on trouve de petites églises gréco-catholiques (uniates) ou catholiques en raison de la présence de chrétiens d’origine polonaise.

Dans chaque ville et village l’on trouve une série de monuments à la mémoire des drames qui l’ont traversé depuis un siècle : les 6 millions de morts de la grande famine organisée par Staline (1932-33) pour punir les Ukrainiens, les morts de la guerre de la seconde guerre mondiale dont 1.5 millions de Juifs tués sur place, la catastrophe de Tchernobyl en 1988, les morts de la répression de la Place Maïdan en 2014 ou ceux de la guerre du Donetz…

Notre périple nous a conduits d’Odessa, grand port sur la mer Noire, jusqu’à Kiev avec un séjour dans le centre du pays.  La rencontre avec nombre d’acteurs locaux nous a fait voir les Ukrainiens autrement que ce que les médias nous en font voir (la Crimée, le conflit du Donetz, la corruption). Nous avons rencontré des gens dynamiques, capables de s’adapter à des réalités nouvelles. Par exemple des entreprises agricoles florissantes et modernes qui ont  pris le relais d’anciens kolkhozes. Mais aussi des familles, des religieux, des élus municipaux et leurs services soucieux du bien commun, des associations préoccupées par les questions environnementales, centre culturels actifs (musique, chant, danses…), des responsables du tourisme désirant faire connaître mieux leur pays, des enseignants dévoués.

Et l’on ne saurait oublier les sites naturels magnifiques comme le delta du Dniestr, près d’Odessa, la forteresse de Kamenetz, ou un monastère troglodyte dans la montagne dominant un méandre du fleuve. Et la campagne où tout pousse, arbres fruitiers ou champs de blé, soja ou maïs à perte de vue. Ce fut un voyage riche d’enseignement, de découverte et de rencontres.

Gilbert et Marie-Pascale Clavel

Juillet 2018