Musulmans et chrétiens réunis pour « transmettre la paix »

in Le Progrès, 27/03/2017, par Michel Nebout

Samedi 25 mars, la fête de l’Annonciation a réuni 350 croyants musulmans et catholiques de la région au centre Jean XXIII de Meyzieu, pour une rencontre de prière autour de Marie, la mère de Jésus, vénérée dans les deux religions.

 

Pour la seconde année, musulmans et chrétiens lyonnais se sont retrouvés, ce samedi, au centre paroissial Jean XXIII de Meyzieu, dans le cadre de la fête de l’Annonciation. L’événement, baptisé “Ensemble avec Marie”, a rassemblé près de 350 fidèles, en présence notamment du cardinal Barbarin, de Kamel Kabtane, recteur de la Grande mosquée de Lyon, et de Mohamed Bennaji, responsable de la mosquée de Meyzieu.

Sur le modèle d’une tradition née au Liban, cette rencontre à caractère spirituel réunit musulmans et chrétiens autour de la figue de Marie, mère de Jésus, vénérée dans les deux religions. Pour Azzedine Gaci, recteur de la mosquée Othmane de Villeurbanne, « c’est une bonne chose que les chrétiens, à côté de la figure d’Abraham, redécouvrent que Marie est importante pour les musulmans ».

En attendant que commence la prière, les participants se saluent, visiblement heureux de se rencontrer. Un geste symbolique en cette période difficile. Élizabeth, membre du Mouvement chrétien des retraités, est sûre que « cette réunion va nous aider à nous rapprocher et à transmettre la paix ».

Un groupe islamo-chrétien de femmes de Villeurbanne côtoie des personnalités connues, comme le père Christian Delorme. Dans un couloir, quelques jeunes scouts catholiques et musulmans entament une partie de baby-foot. Accompagné à la guitare par sa fille, Khalid Belrhouzi, artiste musulman, répète une chanson mystique dédiée à Marie, qu’il chantera pendant le recueillement.

Et tandis que retentit l’invitation à la prière psalmodiée par l’imam de la Grande Mosquée, le prêtre de la paroisse Jean-Baptiste Balaÿ se réjouit : « Ce rassemblement va nous encourager à continuer les rencontres entre chrétiens et musulmans déjà entamées à Meyzieu », notamment via le groupe Artisans de paix.

À noter que ce temps de prière était précédé, à la mosquée de Meyzieu, par trois ateliers où des participants des deux confessions dialoguaient autour de trois thèmes : frères et croyants, soumission et liberté, sacrifice et don de soi. Un repas partagé clôturait la rencontre.

Cette rencontre a été organisée conjointement par le diocèse, le Conseil régional du culte musulman, les recteurs des mosquées de Lyon et Villeurbanne, le tout coordonné par Michel Younès. Plus d’infos sur le site : www.ensembleavecmarie.org

 

Michel Younès, délégué épiscopal aux relations avec l’Islam

Comment est née cette initiative ?

« L’idée vient du Liban où, chaque 25 mars, depuis une dizaine d’années, chrétiens et musulmans se rassemblent autour de la figure de Marie. C’est même devenu une fête islamo-chrétienne, un jour chômé. Il y a trois ans, le cardinal Barbarin s’y est rendu en compagnie de Kamel Kabtane. À leur retour, ils se sont dit que ce serait bien de le faire chez nous. En 2016, la rencontre a eu lieu à Notre-Dame du Liban, à Lyon. »

Quel est l’objectif d’une telle rencontre ?

« C’est d’abord un signal fort pour dire que musulmans et chrétiens sont solidaires les uns avec les autres, surtout dans la période actuelle, et désireux de se rencontrer dans la paix. La deuxième chose, c’est la force de la prière. La prière apaise les cœurs pour qu’il y ait une véritable rencontre. Nous tenons à garder l’aspect spirituel de ce rendez-vous. Ce n’est pas une tribune, on n’est pas là pour débattre. C’est une bonne chose que des chrétiens entendent des passages coraniques et que des musulmans entendent des passages bibliques. On s’accueille mutuellement. »

Ce rassemblement est-il appelé à se renouveler ?

« Notre volonté est que cela devienne une tradition, au sens de transmettre. C’est important qu’il y ait aujourd’hui la présence de jeunes et d’enfants, à travers les scouts chrétiens et musulmans, mais aussi d’autres groupes. La tradition, ce n’est pas le passé : c’est recevoir et transmettre. »